L’origine du mot Karst vient d’une région yougoslave du nord-est de l’Adriatique (Slovenie)  connue pour l’importance et la diversité de ces formations calcaires.
 
     C’est un grand massif calcaire fracturé, fissuré, troué, dans lequel l’air et l’eau circule. Peu à peu l’eau va user, ronger, dissoudre la roche. Il en résultera une érosion mécanique et chimique qui donnera naissance à un réseau complexe formé de cavités, de grottes, de drains et de rivières souterraines.  Ce sont de grandes réserves d’eau dans la zone de karst noyé qui régulent le débit de l’eau de la source du Durzon. Elle résurge dans le fond du vallon de Nant, à l’ouest, au pied du Larzac. Le bassin d’alimentation du Durzon qui représente environ 100 km2 est situé sur le Larzac sud-ouest, entre l’Hospitalet, le Caylar, Cazejourdes et Egalières.
 
     Le calcaire dolomitique est composé de chaux et de magnésium. Dans le calcaire dolomitique, seul le carbonate de chaux est dissous. Le carbonate de magnésium est insoluble. La dolomie reste en place d’où les rochers ruiniformes.
Dossier technique : Le karst. Parc Naturel Régional des Grands Causses.

Le tuf calcaire.

De nombreux blocs de pierre utilisés pour la construction de la ville de Nant présentent une multitude de trous de tailles variés. Ces trous sont-ils dus à l’âge des pierres et à leur altération ?

Non ces trous sont naturels…

Qu’est-ce qui dans la nature peut créer ces pierres trouées appelées tufs calcaires ? L’eau des sources et des cascades…

Massif de tuf calcaire en formation. Localisation : Photo : la cascade de St-Rome de Tarn.

Plus près de nous, le long de la Dourbie, les différentes arrivées du Durzon et des sources tombent en cascatelles vers la rivière en contrebas. (Infographiste : Anne Delplanque laboratoire de  Géosciences Montpellier).

Ainsi à l’entrée du Pont de la Prade à droite si vous descendez quelques marches vous verrez une petite cascade où l’eau rejaillit sur des mousses vertes et des végétaux.

Si vous regardez de plus près, les végétaux verts vivants ont poussé sur une épaisse couche de végétaux morts englués d’une boue marron.

Tout à côté, la boue qui gainait les végétaux a durci, c’est de la?pierre. Les végétaux  piégés dedans ont pourri et ont disparu. Il y a des trous à la place. De?nouveaux végétaux poussent par-dessus et l’eau continue de couler, le processus peut se poursuivre. Cette pierre dure est un tuf calcaire.?

Le jour où l’eau s’arrête de couler, la petite cascade a été remplacée par une paroi rocheuse plus ou moins épaisse de tuf calcaire

Cette pierre légère à cause des trous, est cependant extrêmement résistante. L’homme taille dedans des moellons pour construire des murs.

 

Comment l’eau peut-elle fabriquer de la pierre? Petit cours de chimie amusante : qu’est-ce qu’une solution? Prenez un morceau de sucre. Regardez-le : il est dur, solide, on voit briller les facettes des petits cristaux de sucre qui le composent. Que se passe-t-il dans un verre d’eau? Le sucre disparaît … c’est de la magie? En fait, les petits cristaux se décomposent dans l’eau et leurs constituants, qui donnent à l’eau un goût sucré, sont devenus invisibles. C’est ça une solution. Mais alors c’est pareil pour les cailloux? Eh oui…

 

L’eau peut fabriquer de la pierre si elle contient de la pierre.

   1. La pluie est composée d’eau pure : H2O. En traversant l’atmosphère et s’infiltrant dans le sol elle se charge en dioxyde de carbone CO2.

   2. La roche calcaire est formée de très petits cristaux d’un minéral appelé calcite. Ce minéral est composé de carbonate de calcium CaCO3.

   3. Le carbonate de calcium est soluble dans l’eau enrichie en CO2 c’est à dire qu’il se décompose en calcium Ca2 et carbonate 2HCO-3 selon la réaction : CO3Ca + H2O + CO2 ‹--› Ca2+ + 2HCO-3.

(Rassurez vous c’est moins rapide que pour le sucre)

   4. Ces éléments se mélangent à l’eau de pluie. Arrivée à la source l’eau est donc enrichie en carbonate et en calcium en solution.

   5. Mais ce phénomène est facilement réversible. Quand l’eau coule à l’air libre elle a tendance à perdre du dioxyde de carbone qui repart dans l’air. De plus, à la cascade : la température de l’eau est plus élevée qu’à la source et les végétaux absorbent du dioxyde de carbone. Tout ceci favorise l’agglomération du calcium et des carbonates sous forme d’une boue qui englue les végétaux et qui va durcir : la pierre est reconstituée (C’est le même phénomène que le tartre dans les tuyaux de la machine à laver).

   6. L’eau de la cascade qui retourne à la Dourbie a perdu une bonne partie des carbonates dissous.

(Dr Suzanne Raynaud. Géosciences. Université Montpellier 2).

 


Les Causses du Sud Aveyron.