Nant : 951 habitants. Superficie : 10 940 h. Altitude : 500 m.
Nant, entre Causses et Cévennes, se niche au cœur d'une vallée verdoyante, au confluent de deux rivières, la Dourbie et son affluent principal, le Durzon. Construit sur une terrasse de tuf, le village s'est développé autour d'un monastère fondé en 926, érigé en abbaye bénédictine en 1135, s etupprimée en 1777.
 
Durement marqué par la guerre de Cent Ans et surtout par les guerres de religion, pendant lesquelles le cloître et les bâtiments monastiques furent détruits, le village connut une grande prospérité dans la seconde moitié du XVIIème siècle. Un collège, dirigé par les frères de la Doctrine Chrétienne, avait été créé en 1665. Les marchés et les foires de Nant, qui se tenaient sous les halles, étaient florissants.
 
Aujourd'hui, les agriculteurs, beaucoup moins nombreux qu'autrefois, continuent à exploiter les terres et élèvent des troupeaux de brebis dont le lait sert à fabriquer le Roquefort.
Nant est devenu depuis quelques décennies, un village apprécié des touristes à la recherche de calme, de paysages authentiques et de sports de pleine nature.

Le patrimoine naturel

Nant est situé dans les gorges de la Dourbie, côté bassin versant atlantique des Cévennes.

La Dourbie prend sa source au Mont Aulas à 1200 mètres, dans le massif du Mont Aigoual, elle creuse son lit dans le granit puis dans les schistes. A partir de Nant la Dourbie traverse les roches calcaires des Grands Causses qu'elle a façonnées et transformées en gorges aux parois abruptes, séparant le Causse Noir du Causse du Larzac. Elle se jette dans le Tarn à Millau, après un cours de 70 km.

Les Grands Causses sont constitués de formations calcaires du Jurassique organisées en systèmes karstiques qui alimentent une douzaine de sources importantes dans les fonds des vallées.

La source du Durzon située à 7 km de Nant, resurgie au pied du Larzac, formant une large vasque. Le Durzon se jette dans la Dourbie au lieu-dit la Mouline.

La flore, d'influence méditerranéenne comprend de nombreuses espèces rares, endémiques ou protégées : hellébore, campanule, catananche, thym, orchidées, aphyllante de Montpellier, sur les Causses la cardabelle et la stipe pennée.

La faune est d'une grande richesse : la genette, l'écureuil, divers rapaces ; dans les rivières le cincle-plongeur, et le castor réintroduit dans le Dourbie en 1987.